Les enfants béninois découvrent le kamishibaï

Le kamishibaï est un support d’histoires qui nous vient du Japon. Ce petit théâtre de table permet de raconter des histoires à l’aide de grandes images. Dans le cadre de nos missions éducation, nous le faisons découvrir aux enfants béninois.

Comment ça marche ?

Ces grandes feuilles A3, aux illustrations souvent très belles, se lisent dans un « Butaï » en bois, littéralement « théâtre ». Le principe est simple : une fois les feuilles glissées dans le Butaï, les auditeurs voient les images et le narrateur voit le texte. Des indications peuvent être données parfois, pour passer une image plus vite ou la ralentir ou n’en découvrir qu’une partie. Cette technique permet d’immerger l’enfant dans l’histoire, qu’il en profite pleinement, tandis que le lecteur s’efface derrière son théâtre. Une reproduction miniature de l’image que les enfants voient est présente sur la partie texte, pour faciliter le récit du lecteur.

Cette forme de récit est particulièrement utilisée dans les classes ou les bibliothèques, car elle facilite la lecture à un grand groupe.

Une fois la lecture terminée, nous pouvons développer divers ateliers avec les enfants, notamment « l’explication de texte » en leur posant quelques questions sur l’histoire, en leur demandant de résumer, de nommer le personnage principal, de redire le titre, les mots qu’ils ne connaissent pas, etc.

Nous pouvons également leur demander de lire eux-mêmes l’histoire devant leurs camarades, mais aussi d’imaginer et créer leur propre kamishibaï avec feuilles A3 et feutres de couleur. Cet atelier à faire en équipe fait appel à l’imagination, l’écriture et l’illustration.

A la demande de Shammesh, j’ai sélectionné des kamishibaï pour équiper la bibliothèque « Livres en brousse ». Les 8 kamishibaï retenus offrent un choix varié d’histoires : un conte africain dans lequel les enfants retrouvent la représentation de leur village, des fables de La Fontaine que les enfants ont appris à l’école, des histoires d’animaux, la découverte d’autres civilisations et aussi l’illustration du cycle de l’eau.

Lors de ma mission au Bénin, j’ai expérimenté la lecture des kamishibaï dans les écoles et l’orphelinat de Tori-Bossito. Chaque jour, les enfants attendaient cet instant avec beaucoup d’impatience !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *