Aujourd’hui, les villageois à travers le monde sont encore trop nombreux à consommer de l’eau non potable d’un puits traditionnel manuel, à puiser de l’eau dans un marigot, à marcher plusieurs kilomètres pour chercher de l’eau potable ou tout simplement à bouder les ouvrages d’adduction à l’eau.

Les villageois adoptent des pratiques allant à l’encontre de la bonne gestion de l’eau de boisson. Ils ne sont pas suffisamment sensibilisés aux dangers relatifs à la consommation d’eau polluée avec toutes les conséquences que cela entraîne, en particulier pour la santé des enfants en bas âge.

La plupart des pratiques observées auprès des populations rurales ne sont pas de nature à préserver une eau de boisson potable. À ces pratiques, il faut ajouter des conditions d’hygiène inexistantes aussi bien au niveau des individus, des ménages que de certains points d’eau.

Eau puisée dans marigot
Eau du puits
Transport eau

Il convient de mentionner que la plupart des populations rurales ne sont pas conscientes de la portée capitale des ouvrages érigés pour l’approvisionnement en eau de boisson. Cette non appropriation des ouvrages émanent des raisons liées en grande partie au manque d’information et d’éducation de la population. À cela peuvent s’ajouter des raisons d’ordre culturel, notamment l’intérêt porté aux croyances liées à l’implantation des ouvrages.

Il découle de cette analyse que la promotion de bonnes pratiques de l’utilisation de l’eau, des mesures d’hygiène au sein des ménages et au niveau des points d’eau, va dans le sens d’une amélioration des conditions de vie.

SHAMMESH a donc souhaité développer un programme de sensibilisation à l’eau et à l’hygiène qui soit compris par tout villageois.