La naissance du projet

Lors de notre séjour humanitaire au Bénin en Mars 2014, nous sommes allés dans la commune de Tori-Bossito visiter un dispensaire de brousse pour lequel nous avions financé l’achat de médicaments.

Malgré la proximité de Cotonou, la capitale économique du pays située à environ 40 km, les habitants de cette commune rurale disposent de très faibles ressources économiques. Située dans la brousse, Tori-Bossito est essentiellement agricole. Même si l’agriculture est avant tout destinée à nourrir les habitants eux-mêmes, elle est la base de l’économie de la commune et emploie la grande majorité de sa population.

Carte du BéninLe manque d’emploi en brousse et l’évolution sociale poussent les jeunes à quitter leurs villages pour gagner la ville. Cependant, la faible croissance économique du pays ne permet pas aujourd’hui de répondre à l’attente de ces jeunes.

Le territoire de la commune est vaste et les 50.000 habitants sont répartis dans des villages éloignés les uns des autres parfois de plusieurs kilomètres. La dispersion géographique des habitants rend difficile le développement à moindre coût des infrastructures sociales et éducatives. Les faibles ressources de l’Etat béninois et l’insuffisance des ressources financières locales ne permettent donc pas d’apporter convenablement la protection nécessaire aux populations démunies.

Face à cette défaillance, l’Etat encourage les ONGs à développer des actions dans le pays. Mais après quelques années d’expérience humanitaire, nous sommes conscients que l’aide apportée aux populations démunies n’a de valeur que si elle est réellement désirée par les bénéficiaires. Donc, il n’est pas question de monter un projet sans y associer étroitement les villageois.

Par ailleurs, le projet doit être pérenne et donc à même d’assurer ses frais de fonctionnement. Or le pays n’a pas d’argent ! Il faut donc faire venir cet argent de l’extérieur. Ouvrir des marchés en Europe pour écouler des produits béninois ? Ce n’est plus vraiment une action humanitaire !

C’est pourquoi nous envisageons d’accueillir au Bénin des volontaires européens qui puissent apporter leurs compétences, leur savoir-faire, leur temps disponible auprès des populations qui en ont besoin. Notre objectif consiste alors à sélectionner les ONGs béninoises qui demandent de l’aide, à définir les missions, les faire connaître en France et/ou en Europe et à accueillir au Bénin les humanitaires prêts à accomplir ces missions.

L’accueil de volontaires humanitaires permettra de créer de l’activité locale, d’apporter un savoir-faire aux établissements scolaires et de santé et de générer des ressources qui pourront financer des actions, telles que la formation à de nouvelles techniques agricoles, l’accueil périscolaire des enfants, l’alphabétisation des adultes, ….

Naissance du projet Shammesh

Reste donc à trouver un terrain pour y implanter une structure d’hébergement. Ce terrain doit être assez proche des axes de communication de sorte que les humanitaires se rendent facilement sur leur lieu de mission. Mais le terrain doit également se situer à proximité des villageois qui pourront être associés au développement des diverses activités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.