La mission éducative de Clémence

Je suis partie en mission éducative avec Constance, une de mes amies, du 11 au 26 juillet 2017 dans le centre Shammesh. Depuis longtemps déjà nous souhaitions faire de l’humanitaire et depuis un an nous cherchions un organisme pour partir.

Etant mineures, nos parents voulaient être sûrs de l’endroit où nous irions. C’est par Hamap que nous avons pris contact avec l’ONG Shammesh qui correspondait tout à fait à notre profil. Nous avons pu ainsi réaliser notre mission éducative.

La première semaine, nous nous sommes rendues dans l’école du village de Azohouè et avons observé le professeur. Par la suite, nous leur avons proposé des activités avec des livres, par groupe où chacun devait participer. Les enfants étaient très éveillés et adoraient avoir accès aux livres de la bibliothèque de l’ONG. La dernière heure était plus ludique souvent car les enfants suivaient des cours de vacances. Ils nous ont appris des chants locaux et nous leur avons appris une souris verte qu’ils ont ensuite chanté en chœur toute la semaine. Les élèves aimaient aussi beaucoup les jeux type « pendu » ou « mot intrus ».  L’après-midi était consacrée aux jeux sportifs le plus souvent, c’est ce qui attirait les enfants et les incitaient à venir malgré quelques réticences de la part de leurs parents. Cela a été une découverte culturelle autant pour les béninois que pour Constance et moi.

Clémence mission éducative
jeux éducatifs

La semaine s’est déroulée sensiblement de la même manière, tous les jours.

Nous avons pu aller voir à trois reprises les enfants de l’orphelinat Exodus House qui eux aussi étaient en vacances, nous leur avons lu des histoires en leur posant des questions. Seuls les plus âgés comprenaient le français mais ils expliquaient aux plus petits. Cela leur a permis d’avoir tout de même une activité éducative et d’avoir accès aux livres durant les vacances. C’est vrai que dans l’orphelinat, les enfants n’ont pas de jouets, notre présence a pu les distraire et leur montrer de nouveaux jeux qu’ils pourront reproduire. Nous avons aussi été dans l’école de Tandahota, où le directeur Gaudens était très motivé pour nous aider.

soutien scolaire Bénin

Je n’étais jamais allée en mission humanitaire auparavant et je me demandais si nous allions vraiment être utile en « mission éducative ». Mais de manière culturelle nous apportons quelque chose et, de plus, nous pouvons être avec les enfants par petits groupes, ce qui ne leur arrive jamais lorsque seul le professeur est seul dans la classe. Au Bénin, les vacances durent 3 mois et les écoliers qui n’apprennent le français qu’à l’école, n’ont pas d’autre occasion de s’entrainer durant les vacances… Enfin, les enfants ont une joie de vivre et un sourire inoubliable. Ils ont des joies simples, ce qui facilite la rencontre et permet de créer des liens.

Je recommencerai ce séjour sans hésiter, ne serait-ce que pour l’excellent accueil du centre Shammesh et des personnes avec qui nous avons collaboré !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *