Construction de la clôture

Un terrain nettoyé mais inutilisé est vite repris par la brousse ou tout simplement cultivé par des villageois. Aussi, faut-il marquer très vite son contour ! Plusieurs façons de marquer les limites nous ont été proposées.

La plus grandiose consistait à construire un mur tout autour du terrain, mais 600 mètres de mur nous aurait coûté une fortune. C’est pourquoi nous avons pris l’option d’une clôture avec poteaux. Bois, métal, béton ? Le choix doit tenir compte du prix, mais surtout de la durée de vie des poteaux.

Le bois, le moins cher, ne résiste pas aux termites présentes dans la brousse. Dans deux ou trois ans, tout serait à refaire. Le métal galvanisé est plus résistant mais il peut attiser la convoitise de gens mal intentionnés qui, après avoir scié les poteaux à leur pied, revendent le métal ainsi récupéré. Donc, ne restait plus que la solution d’implanter des poteaux en béton scellés au sol.

Culture du maîs
Construction d'une clôture

Nous avons donc passé commande de 250 poteaux sur lesquels seront fixées trois rangées de fil barbelé. Trois semaines plus tard, les travaux commençaient …

Le terrain avait été borné avec des balises en de très nombreux points lors du relevé du géomètre. Il suffisait alors de poser la clôture en suivant ces limites. Mais … le long d’une bonne centaine de mètres, on a découvert que le voisin avait empiété sur notre terrain lorsqu’il avait fait sa plantation de tecks. Ont alors commencé des conciliabules !

« Combien allez-vous me donner pour me dédommager de mes tecks ? J’en veux 2 millions de Francs !  » proposa le voisin. Rappelons juste que les deux hectares de terrain valent 8 millions de Francs. Avec l’aide de l’ancien propriétaire de notre terrain, un vénérable personnage, la transaction s’est terminée à 280.000 Francs. La négociation à l’africaine !

Brousse africaine
Brousse au Bénin

Pour que personne ne revienne sur cette négociation, nous avons préparé une convention de dédommagement sous seing privé, avec la signature des deux parties, du Chef d’arrondissement, du Secrétaire Général de la Mairie et de deux témoins.

Une fois cette affaire réglée, la construction de la clôture a pu reprendre de ce côté-ci. Mais elle a été stoppée de l’autre côté du terrain lorsqu’un autre voisin est venu proposer de nous vendre une petite parcelle qui aurait apporté une meilleure forme à notre terrain. Pourquoi pas ? Mais à quel prix ? Et surtout ce voisin est-il vraiment propriétaire de cette parcelle ? Ce dernier point n’ayant pu être éclairci, on a abandonné l’idée et terminé la construction de la clôture !

Clôture centre Shammesh-Aliho

Cette clôture sera finalisée en Mai-Juin avec la plantation de petits arbustes dès que la saison des pluies débutera.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.