Les premiers invités sous la paillote

Dimanche 29 novembre, jour sacré en tout point. Grand jour pour l’ONG Shammesh qui recevait pour la première fois des invités extérieurs et grand jour pour moi car c’était mon anniversaire. Dernier dimanche passé en compagnie de Carole et Renaud, nous partagions un petit déjeuner, du soleil et de la bonne humeur sur la terrasse. A l’approche des dix heures, nous finissions d’installer le mobilier sous la paillote. Je dressais la grande table, mettais les petits plats dans les grands, sortais le linge de table, m’amusais à concevoir un nénuphar de serviette. Pendant ce temps, Carole commençait la mise en place en cuisine : casseroles, assiettes, bols, stock de nourriture, tout s’organisait sur le plan de travail…

Préparation repas

Qui dit anniversaire, dit gâteau, j’ai donc cuisiné le fameux gâteau de mon enfance : gâteau aux pépites de chocolat, monté d’une meringue italienne et sauce vanille. Un très beau souvenir de mon enfance que je voulais partager avec tous les convives. Carole commençait à éplucher puis blanchir tous les légumes accompagnés de poissons, achetés la veille au port de pêche de Cotonou. Vient ensuite la préparation du cocktail de bienvenue : oranges pressées et fruit de la passion minute. Le dessert étant prêt, nous finissions d’aromatiser les plats de cuisson, prêts à cuire au four…

Nous avions dissipé dans le ciel une douce odeur de gâteau. C’est à ce moment précis que nous apercevions la voiture des Sœurs de Dékamné arriver dans le domaine. Les nouveaux venus étaient au nombre de six. Le sourire aux lèvres, les embrassades passées, nous nous sommes installés côté bar, le déjeuner pouvait commencer. Renaud jouait son rôle de réceptionniste à cœur. Lorsque Carole et moi-même étions en cuisine, Renaud expliqua le projet de l’ONG aux Sœurs, à l’écoute et enthousiastes. Le cocktail de fruits frais était servi, les discussions étaient lancées. Les plats défilaient, nous avions un bon rythme.

Entrée de légumes
Anniversaire

Tout était savoureux… nous avions réussi avec succès les recettes franco-béninoises. L’heure du dessert approchait, je m’attelais aux derniers préparatifs en cuisine et au moment de servir le dessert, les Sœurs se sont réunies, commençant à chanter en fon, prières et souhaits pour mon anniversaire. Moment sacré, unique et amusant, car pour l’anecdote, ma bougie d’anniversaire était une allumette. Je savais que toute intention bénéfique à soi et aux autres ne pouvait être erronée. Les heures passaient, notre ventre était bien rempli, mission accomplie ! Nous en profitions pour nous promener dans le domaine et parler des espaces de plantations présents et futur. Les Sœurs nous donnaient quelques conseils sur des plantes médicinales. On dit que la terre est fille du soleil. Nous recevions chaleur et lumière. Les plantes sont l’émergence des forces de la terre et du ciel comme toutes les créatures. Les lieux où elles prospèrent naturellement sont leurs lieux de prédilection. Je ressentais comme un ordre tranquille dans mes sentiments. J’ai senti cette terre m’adopter comme un orphelin. Et cette terre devint mère, inséparable des étoiles, du soleil, de la lune et d’autres astres répandus comme des semences sur l’immense champ céleste. Les bonnes ondes m’accompagnaient, je ressentais la terre des esprits pour cette dernière nuit à Azohouè-Aliho. Toute crainte m’avait quitté, car ce que je voulais faire était juste. Je me préparais tranquillement et sereinement à retrouver dans deux jours la terre que je connais, la terre où je suis née, cette terre où tout est saturé…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.