Incroyable mission de Jérémy

Quelle mission de trois semaines incroyable ! Cette dernière s’est d’abord déroulée à l’école de Tandahota où nous avons rencontré un directeur complètement dévoué à son école et aux enfants.

C’est dans son établissement que nous avons, dès le premier jour, été en situation d’enseignement. Nous enseignions le français et les mathématiques à des élèves toujours désireux de venir en classe et d’apprendre. D’ailleurs, après le départ de trois bénévoles il fallut arrêter d’enseigner dans une classe, mais les enfants ne voulaient pas être en vacances ! Cela montre à quel point ces enfants étaient motivés. Mais, être enseignant dans une classe, c’est aussi se rendre compte d’une réalité difficile : un jour, un élève m’a dit : « maître j’ai trop faim, je n’arrive pas à travailler ». Pourtant, ces enfants m’ont montré que le bonheur n’est sans doute pas où les sociétés occidentales le cherche.

Puis, c’est aussi à l’orphelinat Exodus House que nous nous rendions le mercredi et samedi après-midi. C’était impressionnant de voir de si petits enfants réussir à se débrouiller seuls (Elian qui, a 4 ans, faisait sa vaisselle et Rosaline qui, a 7 ans, préparait à manger pour tout le monde) et surtout de voir cette grande famille solidaire avec à sa tête une directrice, ou plutôt la « maman » de tous ces enfants, qui se démène pour faire en sorte que tout le monde puisse manger, être scolarisé et être soigné : c’est un exemple pour nous tous. En tout cas, je retiendrai tous ces moments de partage et de complicité avec ces merveilleux enfants.

C’est aussi au village d’Azohouè-Aliho, où nous allions lire des livres aux filles du village qui, au Bénin, sont souvent défavorisées par rapport aux garçons. A travers cette action, nous nous sommes rendus compte d’une solidarité qui se met en place entre les filles du village notamment financièrement.

Enfin, je ne retiendrai que des bons souvenirs de cette mission notamment grâce à Renaud et Carole qui font toui pour que notre séjour se déroule du mieux possible. Cela passe par un cadre de vie idéal, par la cuisine de Carole qui fut délicieuse et par une ambiance excellente au sein du centre Shammesh.

Merci donc à Shammesh pour ce qu’ils ont fait et ce qu’ils font.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *