Colette en mission sanitaire

Ma fille est partie pour une mission de soutien scolaire de six semaines avec l’ONG Shammesh en décembre dernier. À son retour, elle m’a raconté son expérience et m’a dit qu’une mission sanitaire allait être organisée au mois de mai.

Étant dans le paramédical et désireuse de vivre une expérience de bénévolat depuis longtemps, j’ai donc, sur son conseil, décidé de m’inscrire. Un voyage humanitaire reste tellement différent que de raconter un voyage touristique avec toutes ses étapes, ses photos à partager, ses anecdotes, ses belles recettes, ses plats et ses cocktails, ses soirées divertissantes…

Ce que j’ai vécu durant ces deux semaines, c’est avant tout une expérience humaine au service d’une cause humanitaire… et je dirais même, plusieurs aventures humaines ; l’une avec les personnes locales que nous recevions en consultation et l’autre, avec les membres de l’équipe venus de France, de Suisse ou de Belgique, avec qui j’ai partagé la mission.

Une belle rencontre aussi avec nos hôtes, Carole et Renaud, eux aussi bénévoles, résidant sur place, dans un lieu d’accueil conçu voilà 3 ans en concrétisation d’un projet familial qui dure depuis 30 ans.

Ils y cultivent eux-mêmes la plupart des produits locaux que Carole, aidée de sa famille, nous prépare pour les repas pris en commun.

Ils prennent en charge toute l’organisation locale de la mission, des différents endroits d’intervention, de l’approvisionnement en médicaments et du suivi informatisé des dossiers des patients pour assurer un suivi cohérent au cours des missions successives.

Dès mon arrivée, j’ai été intégrée à cette dynamique avec les sept autres participants et les deux médecins en partant quotidiennement sur différents sites d’intervention, dans des villages isolés ou un orphelinat pour assumer à tour de rôles l’accueil de la population (établissement d’une fiche individuelle, prise du poids, de la mesure, de la température, de la tension), l’assistance aux deux médecins pour le suivi écrit de la consultation, la tenue du poste de la pharmacie pour la délivrance des médicaments ou de l’infirmerie pour les soins à apporter sur place.

Loin des clichés de vacances touristiques, j’ai vécu une expérience hors du commun, qui m’a immergée dans la réalité de gens dépourvus de tout et accueillant avec gratitude de bonnes volontés pour répondre à leurs besoins primordiaux, que ce soit pour l’accès aux soins ou à un soutien dans l’éducation scolaire de leurs enfants.

Au terme de ces deux semaines, je suis rentrée plus forte qu’avant, surtout, dans ma capacité de relativiser et de savourer chaque petit bonheur du quotidien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *